Retour d’expérience sur la Dotation d’Action Territoriale (DAT) de Béthune

Le 19 mars 2021, Break Poverty a organisé une rencontre en visio-conférence afin de permettre aux acteurs engagés dans la Dotation d’Action Territoriale de Béthune de partager leur expérience avec d’autres territoires intéressés par la démarche.

A cette occasion, Hakim Elazouzi, Adjoint au Maire de Béthune en charge des affaires sociales, Sabine Debacker, Chargée de projet formation chez Simplon et Frédéric Allard, Dirigeant de l’entreprise IT2i, ont pu témoigner de leur engagement dans le dispositif.

Denis Metzger, Président de Break Poverty Foundation, a commencé par rappeler l’importance d’agir en prévention de la pauvreté pour relancer l’ascenseur social, pour qu’un enfant pauvre ne devienne pas un adulte pauvre : “Notre objectif, c’est de permettre à chaque jeune vivant sous le seuil de pauvreté ou rencontrant des difficultés particulières, familiales ou scolaires, de se voir tendre une main et de sortir du cercle vicieux de la pauvreté”.

Lancée à Béthune depuis 2019 en partenariat avec la collectivité, la Dotation d’Action Territoriale a déjà permis à 5 associations de bénéficier du soutien de 8 entreprises du territoire : “C’était important d’être en capacité de mobiliser le monde économique pour participer au travail de vitalisation sociale qu’on essaye de mettre en œuvre à Béthune” a témoigné Hakim Elazouzi, Adjoint au Maire en charge des affaires sociales à Béthune.
Pour lui, il était essentiel que la démarche s’imbrique dans la stratégie globale de la ville, et vienne compléter et assurer une pérennité au travail de création de partenariats entre collectivité, associations et entreprises, déjà impulsé par la ville. Il entrevoit ainsi des ponts à construire sur le long terme avec les dispositifs existants : “L’idée, c’est de voir comment on peut venir associer les entreprises, à travers la DAT, au co-financement d’actions Politique de la Ville (…), il pourrait y avoir un effet levier extrêmement intéressant”.

Témoignage de Hakim Elazouzi


Sabine Debacker
, Chargée de projet formation chez Simplon, a ensuite témoigné de l’impact que la DAT a eu sur la capacité à agir de l’association : “La DAT nous a permis de lancer sur le territoire de Béthune notre formation « Artis – Culture et techniques du numérique », qui a bénéficié à 16 jeunes pendant 6 semaines”. Au cours de cette formation, les jeunes ont pu découvrir les métiers du numérique, notamment grâce à des interventions d’entreprises partenaires de la DAT comme It2i : “Aujourd’hui, 9 de ces 16 jeunes ont décidé d’intégrer une formation au codage et développement web (…) et souhaitent poursuivre dans les métiers du numérique.”

Enfin, Frédéric Allard, fondateur de l’entreprise IT2i, a partagé son enthousiasme pour le dispositif. Selon lui, les entreprises ont beaucoup à gagner en s’engageant pour leur territoire : “On fait partie des filières en tension (…) on ne peut pas se plaindre de ne pas trouver de main d’œuvre si on ne s’engage pas pour que les jeunes aient envie de poursuivre dans le métier”. Interrogé sur la suite à donner à son engagement en cette période de crise, Frédéric Allard a insisté sur la pertinence grandissante du dispositif en ces temps difficiles : “La crise ne fait que renforcer l’engagement, car il faut vraiment porter de l’espoir aux jeunes qui sont dans une situation très compliquée.”

Soutenue par la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, la DAT s’adresse à tous les territoires qui partagent cette ambition. Break Poverty propose en effet aux territoires de s’approprier le dispositif en les accompagnant tout au long de la démarche et en leur mettant à disposition tous les outils développés pour faciliter le déploiement.

 

Pour en savoir plus sur la Dotation d’Action Territoriale, cliquez ici.

Crédit photo : Dylan Gilis, Unsplash.


Urgence Premiers Pas : faisons grandir les enfants, pas la pauvreté.J'AGIS
+