barre d'immeuble à Nantes

Les réseaux d’entreprises nantais rassemblent 110 entreprises autour de la Dotation d’Action Territoriale

La Fondation Break Poverty était à Nantes Mardi 10 Septembre pour lancer une mobilisation sans précédent autour de la Dotation d’Action Territoriale. A l’initiative de six grands réseaux d’entreprises – CCI, CJD, CPME, DRO, MEDEF et Réseau Entreprendre –  plus de 100 chefs d’entreprises se sont mobilisés afin d’agir, ensemble, pour enrayer la pauvreté des jeunes des quartiers nantais.

Nantes, une ville de contraste

En 2018, la Ville de Nantes était choisie comme territoire d’expérimentation des mesures de la Stratégie Nationale de Lutte contre la Pauvreté. L’objectif : une mise en œuvre accélérée et renforcée de la stratégie, selon la Ministre des Solidarités, Agnès Buzyn.

A cet égard, après avoir expérimenté son approche à Romans-sur-Isère, la Break Poverty Foundation a souhaité mettre en place la Dotation d’Action Territoriale à Nantes, faisant du territoire la première métropole pilote du dispositif.

Le choix de Nantes peut questionner tant les indicateurs socio-économiques sont au beau fixe. En effet, on constate à Nantes un niveau de vie en moyenne plus élevé qu’au national et un taux de pauvreté plus faible. Pourtant, les taux de pauvreté dans les quartiers prioritaires de Nantes – 42% alors que la moyenne nationale s’élève à 14% – sont supérieurs à ceux des quartiers prioritaires d’Ile de France.

« On est un peu tombés de notre chaise entre la prospérité apparente de la ville, son dynamisme économique, son taux de chômage très faible et puis des quartiers qui sont un peu laissés pour compte, avec un taux de pauvreté important, une difficulté de l’accès à l’emploi, une difficulté de décrochage scolaire ».

Vincent Roux – Réseau Entreprendre

La Fondation a donc décidé de cibler les 15 quartiers prioritaires de Nantes (Bellevue, Malakoff, Bottière Pin Sec, etc.) dans lesquels la majorité des jeunes vivent sous le seuil de pauvreté. Nés pauvres, en situation de décrochage scolaire ou au chômage, ils deviendront le plus souvent des adultes pauvres si aucune action n’est mise en place.

Un dispositif transformant, la Dotation d’Action Territoriale

Après avoir réalisé un diagnostic des besoins sociaux des quartiers nantais, les équipes de Break Poverty Foundation ont sélectionné 17 projets associatifs susceptibles d’apporter des solutions concrètes aux jeunes des quartiers. Sélectionnés pour leur pertinence et leur efficacité, ces projets doivent pouvoir toucher 10 000 bénéficiaires sur les 20 000 que comptent les quartiers  de Nantes. Désormais, la Fondation propose aux entreprises du territoire de s’unir pour financer les projets de leur choix : l’objectif est de financer 2 000 000€ sur trois ans Une fois les partenariats noués, les entreprises et les projets soutenus bénéficieront de l’accompagnement de Break Poverty pendant trois ans, permettant de garantir le succès du dispositif.

Une mobilisation sans précédent des chefs d’entreprise

A Romans-sur-Isère, 1.4 millions d’euros ont été levés par la Fondation auprès des entreprises pour financer 6 projets sur 3 ans, L’accueil plus que positif des entreprises à Nantes laisser présager des résultats encore plus impressionnant au sein de la métropole.

En effet, le 10 septembre dernier à l’initative de la CCI, le CJD, la CPME, les DRO, le Réseau Entreprendre, et le MEDEF, près de 150 ches d’entreprise se sont réunis pour en savoir plus sur l’initiative. Les participants ont pu assister aux témoignages de 4 associations soutenues par le dispositif (Résilience Factory, Regart’s, Escalade Entreprises et La Cravate Solidaire) et écouter les retours de quatre chefs d’entreprise qui ont décidé de s’impliquer dans la démarche (Yves Gilet pour Keran, Pierre-Yves Loaëc pour Nobilito, Laurent Métral pour le CIC Ouest et Lionel Fournier pour Harmonie Mutuelle).

Une mobilisation à la hauteur des enjeux : à Nantes, pour sortir 10 000 jeunes de la pauvreté, il faudra financer 17 projets à hauteur de 2 millions d’euros sur trois ans. Ces projets couvrent 4 champs prioritaires de la prévention de la pauvreté des jeunes : le soutien à la petite enfance, la prévention du décrochage scolaire, le rapprochement des jeunes du monde de l’entreprise et l’accès au premier emploi.

La prochaine étape consistera pour Break Poverty à finaliser le financement des projets afin de lancer les projets d’ici à la fin de l’année.

Pour recevoir la présentation de la réunion du 10 Septembre vous pouvez contacter la Fondation Break Poverty à l’adresse mail suivante : mflandrin@breakpoverty.com.

Contact presse : Valerie Daher, vdaher@breakpoverty.com, 06 70 01 58 34.