La fondation BreakPoverty veut lever 2 M€ auprès des entreprises nantaises

Lever 2 M€ en 3 ans auprès des entreprises nantaises afin de lutter contre la pauvreté des jeunes dans 15 quartiers prioritaires de l’agglomération. C’est l’objectif de la fondation BreakPoverty qui se déploie pour la première fois depuis Paris dans une grande métropole après avoir testé son concept dans la Drôme, à Romans sur Isère. Concrètement, la fondation s’appuie sur un dispositif expérimental né dans le cadre du plan pauvreté de 2018 : la dotation d’action territoriale. Celle-ci se concrétise par une contribution des entreprises, qui peuvent allouer jusqu’à 2 % de leur résultat net à des projets de lutte contre la pauvreté de leur choix. Ce don bénéficie du régime fiscal du mécénat. 17 projets à financer A Nantes, l’initiative a déjà obtenu le soutien d’un nombre important des principaux réseaux et acteurs économiques locaux : CPME, Medef, CCI, CJD, DRO, Réseau entreprendre, Euronantes et Femmes chefs d’entreprise de l’Ouest. Hier, une réunion de mobilisation consacrée au dispositif a également rassemblé 150 chefs d’entreprises. BreakPoverty compte financer 17 projets, pour la plupart associatifs, à Nantes dans les 3 prochaines années. Dans la Drôme, la fondation a déjà levé 1, 4 M€ pour financer 6 projets en trois ans. BreakPoverty a été fondée par DenisMetzger, dirigeant de la société d’investissement Chequers capital et ancien président d’Action contre la faim.