Ecole à distance : révélatrice de la fracture numérique, amplificatrice des inégalités scolaires

463 millions d’enfants à travers le monde n’ont eu aucun moyen de suivre l’école à distance, c’est le constat que dresse l’UNICEF dans son rapport The Remote Learning Reachability[1] . S’il existe des disparités importantes entre les 101 pays qui ont mis en place le confinement, il existe également des disparités importantes au sein d’un même pays. Conclusion, confirmée récemment par l’OCDE[2], le Covid n’a pas épargné l’éducation.

Les enfants pauvres : principaux exclus de l’enseignement à distance

Echelle mondiale :

  • 463 millions d’enfants dans le monde n’ont pas eu accès à l’enseignement à distance sur 1,5 milliard d’écoliers qui ont vécu la fermeture de leurs écoles.
  • 72% des écoliers, qui n’ont pas pu suivre l’école à distance, vivent dans les ménages les plus pauvres de leur pays.
  • 75% des écoliers, qui n’ont pas pu avoir accès à l’enseignement à distance, vivent en zone rurale.

La principale raison : le manque de politiques d’apprentissage à distance et d’équipement à domicile

L’UNICEF affirme que si 463 millions d’enfants n’avaient aucune possibilité d’avoir accès à l’école, c’est principalement en raison de l’absence de politiques d’apprentissage à distance et du manque d’équipement nécessaire pour la formation à domicile. De plus, ce chiffre est très probablement sous-estimé car il exprime le nombre de jeunes potentiellement atteints, ce qui est un scénario optimal. Or, bien d’autres raisons peuvent empêcher un enfant de suivre l’enseignement à distance, comme par exemple, le fait d’être confiné dans un environnement qui n’est pas propice à l’apprentissage.

La France, loin d’être une exception

Les chiffres clés :

  • 5% des élèves de l’éducation nationale ne disposent pas d’un ordinateur à domicile[3].
  • 13% des collégiens en REP n’ont pas d’ordinateurs à domicile[4].
  • 24,3 % des parents d’origine modeste jugent leur équipement informatique et leur accès Internet insuffisants pour répondre au travail de l’école à la maison[5].
  • 800 000 élèves « perdus de vue »[3] au 1er avril, alors que le confinement allait se poursuivre 5 semaines de plus[6].

Break Poverty s’engage

Ce constat ne peut pas rester sans réponse, d’autant plus que la France est un des pays de l’OCDE où le lien entre le statut socio-économique et la performance scolaire est la plus forte, et qu’à compétences identiques le risque de décrocher est plus élevé pour un enfant issu d’un milieu défavorisé.  

Break Poverty a donc décidé de lancer le programme « Réussite Connectée » qui fournira à chaque bénéficiaire un ordinateur, une connexion internet ainsi qu’un soutien scolaire pendant un an à des jeunes défavorisés en situation de décrochage.

Grâce à ce dispositif, Réussite Connectée vise à soutenir les élèves défavorisés qui ont subi une rupture partielle/totale avec l’environnement scolaire à la suite du confinement ; anticiper une rentrée scolaire à haut risque avec les nouvelles interrogations sur le retour de l’école à distance ; empêcher une génération sacrifiée en répondant aux besoins des jeunes en risque de décrochage scolaire.

[1] En français, “l’accessibilité de l’enseignement à distance”.

[2] D’après le rapport « Regards sur l’éducation 2020 », les indicateurs de l’OCDE

[3] D’après l’Education Nationale

[4] Enquête « Le numérique chez les collégiens scolarisés en réseau d’éducation prioritaire » de l’AFEV (menée en 2016 auprès de 548 jeunes collégiens scolarisés en réseau d’éducation prioritaire (REP)

[5] Enquête « l’école à la maison » de Romain Delès, et Filippo Pirone (menée depuis le 2 avril auprès des parents d’élèves/à ce jour : 30 000 réponses)

[6] D’après l’Education Nationale



Un autre virus se transmet en France : la pauvreté.J'AGIS
+