Communiqué de presse – Urgence Premiers Pas

Urgence Premiers Pas : 50 000 bébés défavorisés ont besoin d’un soutien immédiat pour leurs besoins essentiels

Face à la situation alarmante engendrée par la crise sanitaire et économique, l’opération Urgence Premiers Pas lancée par Break Poverty appelle à la générosité de tous pour venir en aide à des milliers de nouveaux nés en situation de précarité.

Les besoins en aide alimentaire explosent : 2,1 millions de Français en dépendent aujourd’hui et plus de la moitié d’entre eux déclarent y avoir recours depuis moins d’un an[1]. La situation est particulièrement préoccupante pour les jeunes parents défavorisés ou les familles monoparentales. On estime que plus de 100 000 bébés supplémentaires dépendent désormais de l’aide alimentaire pour survivre et grandir. L’étude Précarité infantile et aide alimentaire, menée en mars dernier par l’Institut Break Poverty a ainsi révélé que plus d’un parent défavorisé sur trois sont contraints de restreindre la quantité de lait ou de petits pots qu’ils donnent à leurs enfants faute de moyens financiers suffisants.

Face à cette urgence, le Secrétariat d’Etat à l’Enfance et aux Familles, Break Poverty et l’Agence du Don en Nature ont lancé l’opération Urgence Premiers Pas. L’objectif est de fournir des kits de produits de première nécessité (petits pots, couches, lingettes, lait en poudre, etc.) à 50 000 bébés partout en France.

 

Une urgence absolue pour des milliers d’enfants défavorisés

L’opération Urgence Premiers Pas a été lancée le 31 mars dernier dans les locaux de l’ADAA (Association de Distribution de l’Aide Alimentaire) à Bourges. L’occasion pour les organisateurs et le Ministre de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, d’écouter les récits édifiants de jeunes mamans, dont le quotidien s’était vu lourdement impacté par la crise. Parmi elles, Malika, mère de deux jeunes enfants, salariée dans le secteur de la restauration et dont le compagnon vient de perdre son emploi a ainsi pu témoigner de la difficulté conjointe d’une baisse des revenus de son ménage et d’une hausse du prix des produits les plus fondamentaux : « Les prix des couches et du lait ne cessent d’augmenter… Je ne peux plus faire face. »
Anaïs, maman de deux enfants dont le dernier a 11 mois, se trouvait, avant le COVID, dans une situation plutôt confortable. Créatrice d’un organisme de formation en langue des signes dans le Cher, ses contrats ont été stoppés en 2020 et n’ont pas été reconduits cette année. Son mari, actuellement en chômage partiel, se prépare à perdre son emploi. Le couple, qui venait de contracter un crédit immobilier, se retrouve en grande difficulté pour subvenir aux besoins de leurs enfants. « La solidarité est devenue primordiale, a-t-elle constaté. On ne demande pas beaucoup à chacun, mais si tout le monde pouvait donner un peu, tous ceux qui se retrouvent dans la même situation que la nôtre pourraient s’en sortir. »


Plus de 8000 kits déjà distribués

C’est dans ce contexte que l’opération Urgence Premiers Pas en appelle à la générosité des entreprises comme des particuliers pour constituer de nouveaux kits de produits de première nécessité, qui seront proposés à plus d’un millier d’associations partenaires de l’Agence du Don en Nature sur tout le territoire. L’association « Les P’tits Loups de Moselle », dédiée au soutien des parents d’enfants de 0 à 3 ans, a déjà reçu ses premières palettes de produits. L’engagement de son fondateur, Frédéric Audia, trouve son origine dans sa propre expérience ; lui-même ayant déjà eu recours à l’aide alimentaire il y a des années, alors qu’il venait de perdre son emploi et que son premier enfant n’avait que six mois. Il souligne le caractère indispensable d’Urgence Premiers Pas. « Nous recevons de plus en plus d’appels, émanant désormais de toutes les structures sociales de la région, à tel point que nous sommes passés en un an, de 82 à 216 colis distribués par mois.
Avant la crise, nous organisions des manifestations, soirées, sorties ou excursions, dont les bénéfices nous permettaient d’acheter ce dont les gens manquaient. Aujourd’hui que ce n’est plus possible, nous sommes plus que jamais en recherche de dons. ».
Et ces dons sont absolument essentiels comme le rappelle Valérie Daher, Directrice Générale de Break Poverty : « Une grande partie du développement intellectuel et physique de l’enfant se fait pendant les trois premières années de sa vie[2]. Les enfants privés des soins et d’une alimentation adaptée avant l’âge de 3 ans vont subir du stress, des problèmes de santé et des retards de croissance qui vont impacter toute leur vie. Il est urgent d’agir maintenant avant qu’il ne soit trop tard ».

En chiffres, le pouvoir de vos dons :

-Avec 38 €, soit 12,9€ après déduction fiscale, vous couvrez les besoins alimentaires et d’hygiène d’un bébé pendant 6 semaines

-Avec 76 €, soit 25,8€ après déduction fiscale, vous couvrez les besoins alimentaires et d’hygiène d’un bébé pendant 3 mois

-Avec 153 €, soit 52€ après déduction fiscale, vous couvrez les besoins alimentaires et d’hygiène de deux bébés pendant 3 mois

 

Pour nous soutenir, cliquez ici.

 

[1] Etude CSA 2021 pour les Banques Alimentaires
[2] Selon la commission « 1000 premiers jours », initiée par le gouvernement en septembre 2019

 

 

Crédit photo : Zaitsava Olga, Shutterstock.



Urgence Premiers Pas : faisons grandir les enfants, pas la pauvreté.J'AGIS
+